A Coluche, les bronzes

Cette aventure a commencé en 1996 par la réalisation d’un trophée, La Salopette d’Or, récompense du festival du Jeune Comique. C’était une manière de célébrer les dix ans de la disparition de Coluche. Il n’y eu que deux représentations de ce festival. Le trophée n’a donc plus été édité et la sculpture originale, quant à elle, gardait à mes yeux toute sa dimension artistique. Et c’est bien ainsi et non comme un simple trophée que je la regardais ….

Avant tout, une sculpture…

Le trophée, la Salopette d’Or

La Mairie de Montrouge, en la personne même de son maire, me demande début Juillet 1996 de proposer un projet de trophée pour un événement qui doit se produire le 24 Octobre de la même année. L’idée est de commémorer les dix ans de la disparition de Coluche, le célèbre comique, créateur des Restaurants du Cœur. C’est donc le festival du jeune comique, trophée la Salopette d’Or. J’imagine alors une salopette remplie d’un Coluche invisible, à tout jamais absent, mais bien présent dans son emblématique tenue de scène, debout dans ses Doc Marten’s et marchant en avant.
 

Une sculpture vivante et poétique

 Le piège que j’ai soigneusement évité aurait été de vouloir également représenter le fameux T-Shirt jaune. En effet, le T-Shirt aurait donné une impression morbide. Le colle sans tête aurait immédiatement donné un aspect de décapitation et les manches vides, un démembrement. La sculpture en devient par la même occasion plus poétique. Et voila donc mon projet accepté. Je passe ensuite l’été à chercher et à réaliser cette petite sculpture. La qualité des détails que j’inscrits dans ce plâtre de vingt six centimètres de hauteur lui donne une monumentalité claire à mes yeux. Je mettrai cet aspect en évidence plus tard. Elle est aussi une enveloppe, comme la Robe de Chambre de Balzac, plâtre d’Auguste Rodin. 
Original en plâtre de la sculpture de la salopette de Coluche, créé par Guillaume Werle pour le trophée du jeune comique, La Salopette d'Or.

Le premier agrandissement

Afin de créer une distance entre ma sculpture et son identité première, le trophée la Salopette d’Or, je décide de faire un premier agrandissement de la sculpture et de l’exposer au Salon  ….. à Paris. L’exposition de cette deuxième version de l’oeuvre me conforte dans l’idée qu’il faut trouver un moyen de la faire exister d’avantage aux yeux du public. Je suis convaincu de la force de cette petite sculpture. J’ai alors l’idée de la proposer aux Maires du treizième et du quatorzième arrondissements de Paris, qui se partage la place Coluche. En effet, cette place se situe non loin du dernier domicile occupé par Coluche.

Photo de deux versions en bronze a patine polychrome rouge noire nuancée et bleue nuancée de A Coluche, la scupture de Guillaume Werle en hommage au célèbre comique.

La maison dans laquelle il a vécu, locataire, devant être démoli afin d’y construire, en lieu et place, un petit immeuble, je propose de remplacer un symbole par un autre. L’idée est de fondre une sculpture monumentale en bronze en hommage au célèbre Comique. Parallèlement à cette démarche, je propose en janvier 2009 une version taille nature de l’oeuvre, 1 mètre 55,  au comité de selection du Salon des Artistes Français, Art en Capital. Mon dossier est accepté pour le Salon d’Octobre 2009 et j’aurais grand plaisir à inviter et recevoir au Grand Palais, Véronique Colucci et les Maires d’arrondissement.

Photo de la sculpture originale en plâtre, A Coluche, de Guillaume Werle, lors du Salon des Artistes Français, Art en Capital 2009
Photo de l'installation de la sculpture en hommage à Coluche place de la République à Montrouge.

Une oeuvre monumentale en bronze 

Faute de budget, les deux mairies d’arrondissement ne commanderont pas cette sculpture. Mais c’est tout naturellement que le projet fait son chemin jusqu’à Montrouge. Le maire décide de me commander la sculpture à l’automne 2010 pour les vingt cinq ans de la disparition de Coluche. Une installation de l’oeuvre est prévu pour juin 2011. Le conseil municipal n’arrive pas à obtenir la validation de ce projet, les élus de gauche votent contre ! C’est donc aux forceps que passe le projet qui est inscrit au budget de la ville, voté en Avril 2011. Il ne reste alors que trois mois pour produire une sculpture de grande dimension. Une seule fonderie accepte de relever le défi, les autres demandent au minimum six mois de production. Tout est donc fait au mieux dans le temps imparti. La sculpture est finie et livrée deux jours avant l’inauguration.

 

Photo de l'inauguration de la sculpture en bronze, homage à Michel Colucci, A Coluche, place de la République à Montrouge en la présence de Véronique Colucci et de Marius Colucci.

Un monument pour les gens 

Oui! C’est bien un homage à Coluche. Et chacun, en effet, peut y voir son Coluche tel qu’il se l’imagine, tel qu’il s’en souvient. Cet homage passe par la représentation de sa tenue de scène, emblématique de Coluche, oui! mais aussi des gens. La salopette, celle de l’ouvrier, des gens simples dont Coluche aimait à se moquer un peu et d’autant plus légitimement qu’il venait lui-même de ce milieu.  Les gens simples, leur bon sens « paysan », qu’il a aussi tant mis en avant pour se moquer des publicités, des politiques, des gens de pouvoir en général. Coluche qui bouscule, qui remet en question, qui donne à réfléchir et que les gens regrettent pour ces raisons là, précisément. Un monument pour Coluche qui : « a quand même fait les Resto du Cœur ». 

Une Statue pour Coluche, oui! pour que les gens s’interrogent et se souviennent … 

Photo d'une étude rapide en terre de la tête de Michel Colucci, une sculpture de Guillaume Werle